• Publié le : 18-05-2022

  • Type : Communication

Communiqué de presse

Dans le cadre de la COP15 Désertification qui se déroule actuellement, l’ONG Agrisud International et son partenaire ivoirien le District Autonome d’Abidjan ont tenu lundi 16 mai une table ronde présentant des expériences en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Combiner des pratiques agro-écologiques et des projets de territoire répond à plusieurs enjeux environnementaux dont la désertification… et plus encore !

Le rôle déterminant de l’agro-écologie face aux problématiques environnementales

49 % des terres cultivées sont dégradées ou détériorées selon le dernier rapport 2021 de la FAO* dévoilé lors de la COP15. Différents facteurs sont en cause : pratiques agricoles inadaptées, sécheresse, déforestation…

Pourtant, les exploitations agricoles doivent trouver des solutions pour continuer à produire suffisamment et durablement.

Les pratiques agro-écologiques permettent de répondre dans la durée aux enjeux de productivité et de viabilité. Mais elles permettent aussi d’agir sur l’environnement : préservation de la biodiversité, réduction des gaz à effet de serre (stockage du carbone dans les sols) et restauration des terres dégradées.

Voir l’infographie d’Agrisud International sur l’interconnexion des enjeux environnementaux et les réponses apportées par l’agro-écologie.

*Rapport « Etat des ressources en terres et de l’eau pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde : des systèmes au bord de la rupture. »

 

La pertinence de l’approche territoriale pour opérer la transition agro-écologique

Simon Baliteau, responsable du programme Agriter chez Agrisud International précise : « l’agro-écologie apporte des solutions aux exploitations agricoles mais il faut aussi lever des blocages au niveau des territoires où elles se situent pour créer un environnement véritablement porteur pour la transition. Il est donc nécessaire d’agir à la fois au plan politique, économique et socio-culturel par une approche multi-acteurs et plurisectorielle ».

Manon Albagnac de l’association CARI a ainsi présenté un travail de capitalisation sur les projets de territoire en zones sèches mené par le GTD (Groupe de Travail Désertification). L’approche multi-dimensionnelles, multi-acteurs et plurisectorielles des actions, le travail dans la durée et le portage des actions par les collectivités locales ont été mis en avant.

Djidiack Faye, Directeur de l’Agence Régionale de Développement (ARD) de Fatick au Sénégal, a témoigné des actions mises en place sur son territoire. Face aux nombreuses contraintes (pression foncière, accès à l’eau…), les collectivités territoriales ont élaboré un PIAD (Plan Interdépartemental pour une Agriculture Durable) afin de renforcer la production agricole (technique et filières), d’améliorer la gouvernance et la gestion des ressources naturelles, et de promouvoir l’entrepreneuriat agricole des jeunes.

Des méthodes et des outils existent pour concevoir et mettre en œuvre des projets de territoires qui favorisent le développement d’une agriculture durable. Agrisud International dispose d’une longue expérience en la matière et accompagne de nombreux acteurs : collectivités, bailleurs de fonds, entreprises…

Ainsi, le District Autonome d’Abidjan (DAA) est partenaire d’Agrisud International dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet pilote (PROFIT), dont l’objectif est d’améliorer la production vivrière, de renforcer la filière attiéké et de mettre en place des plans de préservation des terres agricoles.

Dans son intervention, le Ministre Gouverneur, Monsieur Robert Beugré Mambé a reconnu le défi actuel de concilier développement urbain et développement d’une agriculture vivrière viable sur le territoire du District. Pour répondre aux enjeux de maintien d’emplois et de revenus en zone rurale, et de sécurité alimentaire de la capitale économique, il est nécessaire de préserver une ceinture verte autour de la ville d’Abidjan. Pour cela, il a souligné l’importance d’associer les différents acteurs du développement local, notamment les ONG et la recherche, afin d’identifier des solutions agro-écologiques innovantes.

Il a conclu en soulignant l’importance de « résoudre les problèmes en s’appuyant sur l’expérience des autres ».


.
En savoir plus sur le projet PROFIT (Promotion de Filières agricoles Territorialisées)

Voir la vidéo de présentation de l’approche territoriale (2’10)

Voir la vidéo « L’agriculture durable c’est l’affaire de tous ! » (1’30)

Contact presse : Karine Vial – +33 (0)6 98 52 34 29 – kvial@agrisud.org